01.82.83.77.10

Rentrée 2013 : dossier spécial sur l'immobilier à Paris

Rentrée 2013 : dossier spécial sur l'immobilier à Paris

Rentrée 2013 : dossier spécial sur l’immobilier à Paris

Rentrée 2013 : dossier spécial sur l’immobilier à Paris
immobilier 2013 paris

Paris, tout comme le reste de la France, n’échappe pas à la baisse des prix de l’immobilier. Des logements de qualité aux biens avec défauts, les prix deviennent plus accessibles. De quoi pouvoir négocier le prix de son logement ! 

D’autant plus que ce ne sont plus les vendeurs qui ont la main. Les acquéreurs, moins sensibles aux coup de cœur, sont de plus en plus exigeants. Et ne se lancent dans l’achat d’un bien que si celui-ci remplit l’ensemble des critères prédéfinis. Quel est l’état du marché de la capitale en ce dernier semestre 2013 ?

Ier, IIème, IIIème, IVème arrondissements de Paris 2013: les investisseurs étrangers de moins en moins nombreux

Depuis 2012, les étrangers ne semblent plus vouloir investir dans la pierre parisienne, du côté des quartiers du Palais-Royal ou du Marais, où les prix s’élèvent aujourd’hui entre 8500 et 13000 euros le m².

Le Ier arrondissement est toujours prisé. Les logements de qualité se vendent toujours au prix fort (10 000 à 11 000 euros le m²) , même si on constate néanmoins une baisse par rapport à l’an dernier (11 000 à 12 000 euros le m²).

Les prix de l’immobilier dans le IIème arrondissement, plus branché que le Ier, sont également en baisse, notamment les logements avec défauts (bruyants, vétustes, etc.) : ils passent de 10 000 euros le m² à seulement 8000. Les appartements en bon état se vendent, eux, à 9500 euros le m² en moyenne.

Le IIIème arrondissement, surnommé le Marais du pauvre, s’en sort mieux que ses voisins. Les prix de l’immobilier se négocie à 10 000 euros le m², sauf les biens atypiques, qui perdent environ 30% de leurs prix en presque un an.

Le IVème arrondissement a longtemps fait partie des arrondissement les plus chers de la capitale. Cependant, aujourd’hui, les prix de l’immobilier dans le Marais ne sont plus aussi onéreux. Au-delà de 10 000 euros le m², il est difficile de trouver preneur ! Il faut compter dorénavant entre 8500 et 10 500 euros le m², et parfois même 7000 euros le m², pour des biens immobiliers en mauvais état ou présentant de gros défauts (bruit, etc.).

Vème, VIème arrondissements de Paris 2013 : acheter un logement sur la Rive gauche, mais pas à n’importe quel prix

La Rive gauche fait toujours rêver les acheteurs, mais plus à n’importe quel prix ! Les vendeurs sont obligés de revoir leurs prétentions à la baisse, car les Français, tout comme les étrangers, sont beaucoup plus frileux à investir dans le Quartier latin et Saint-Germain-des-Prés.

 

Les prix de l’immobilier dans le Vème sont entre 9000 et 11 000 euros le m². C’est un quartier qui reste attractif, pour son authenticité, et la proximité des lycées prestigieux (Henri-IV et Louis-Le-Grand), malgré une baisse de 5 à 10% des prix.

 

Le Panthéon et le Luxembourg atteignent des sommets au niveau des prix au m² : parfois 14 000 euros le m². Le VIème arrondissement est une valeur sûre, car il reste le plus cher de Paris, environ 12 250 euros le m², en moyenne, notamment autour de Saint-Germain et du Luxembourg. Aux alentours de la rue de Tournefort et de l’Estrapade, très prisés pour les petites surfaces (studios, chambres de bonne) les prix sont de l’ordre de 9500 euros à 10 000 euros le m². Du côté du Jardin des Plantes, les prix, en baisse, se situent entre 8500 et 9000 euros le m².

 

Le secteur entre Montparnasse et Saint-Germain est prisé par les familles. Les étrangers, de moins en moins nombreux, sont toujours à la recherche de biens, à proximité de la Seine. Les prix ont baissé : ils sont passés de 14 000 – 15 000 euros l’année dernière à 12 000 – 13 000 euros le m² aujourd’hui. Les biens présentant des défauts, sont, ici aussi, très difficiles à vendre.

VIIème, VIIIème, XVIème, XVIIème arrondissements de Paris 2013 : des affaires à réaliser

Dans les quartiers de l’ouest parisien, des affaires sont à réaliser. Les étrangers et les exilés fiscaux les ont désertés. Les prix vont de 8000 à 13 000 euros, selon les arrondissements.

Le VIIème reste un investissement sûr. Cependant, seuls les biens de qualité se vendent au prix de vente initial. Les prix des biens avec défauts baissent de 15 à 20%.

Les Invalides et le boulevard Saint-Germain ont toujours autant de succès. En revanche, certaines artères réputées trop calmes ne connaissent pas un franc succès. Les biens trop chers (20 000 euros le m²) ne reçoivent même plus de visites !

Le VIIIème et son triangle d’or ne connaissent pas la crise, car ils attirent toujours autant la clientèle du Moyen-Orient, désireuse d’investir dans des logements sur les Champs-Elysées et l’avenue Montaigne. Cela peut aller jusqu’à 25 000 euros le m² ! Néanmoins, le moindre défaut dans un appartement peut rendre la vente difficile, voire impossible, en particulier pour les biens de plus de 250 m². Dans les quartiers de Faubourg-du-Roule ou Europe, les prix peuvent subir une chute vertigineuse, pour arriver à moins de 10 000 euros le m².

Le XVIème arrondissement foisonne de biens à vendre, ce qui lui porte préjudice. L’afflux de mises en vente fait chuter le prix de l’immobilier, qui atteignent difficilement les 9000 – 10 000 euros le m². Voire peut baisser jusqu’à 7000 euros le m², pour des biens avec défauts. Les biens de grandes surfaces ne se vendent pas.

Le XVIIème arrondissement (Pereire, Batignolles, notamment) est toujours prisé par les familles aisées. Les prix vont de 8500 à 9500 euros maximum de m². Seules les Epinettes et la Porte de Champerret sont plus abordables, à 7000 euros le m².

IXème, Xème arrondissements de Paris 2013 : des négociations possibles

Les prix de l’immobilier, dans le IXème, au m², ont baissé : de 10 000 euros, ils se situent dorénavant entre 8000 et 9000 euros le m². Année calme pour l’immobilier dans ces quartiers ! Les grandes surfaces, comme dans certains autres arrondissements, se vendent très difficilement, voire ne se vendent plus du tout.

Les prix baissent également dans le Xème arrondissement, pour atteindre, dans certains cas, 7000 euros le m². De quoi réaliser de bonnes affaires ! Seul le triangle d’or, autour du canal Saint Martin, est épargné par la chute des prix.

XIème, XIIème arrondissements de Paris 2013 : des prix qui stagnent, voire baissent

Le quartier de Daumesnil et la Bastille sont des quartiers prisés notamment par les familles aisées, dont les prix stagnent, voire baissent. Fini le temps des ventes à 10 000 euros le m² ! Il est maintenant de 9000 euros maximum le m², excepté pour les petites surfaces. Les logements à grandes surfaces partent de plus en plus difficilement.

 

Les prix de l’immobilier dans le XIIe, apprécié pour son côté provincial et verdoyant, sont redevenus raisonnables. A Nation, les prix sont d’environ 8000 euros le m², et une baisse se fait même sentir.

 

En revanche, la porte Dorée, à proximité du bois de Vincennes, est toujours prisée. D’ailleurs, l’arrivée du tramway devrait encore valoriser ce quartier.

XIIIème, XIVème, XVème arrondissements de Paris 2013 : des bonnes affaires en perspective

De bonnes affaires peuvent être réalisées dans ces quartiers, où les prix se situent entre 7500 et 9500 euros le m².

 

Le XIIIème arrondissement subit aujourd’hui une nette baisse des prix de l’immobilier, même à la Butte-aux-Cailles. Les grandes surfaces peuvent se négocier à 7000 euros le m², du côté de la rue de Tolbiac.

 

Moins attractif, le XIVème a des prix au m² entre 8500 et 10 000 euros. Montparnasse demeure cher. Cependant, des quartiers comme Alésia deviennent plus abordables, en dessous de 8000 euros le m².

 

L’ensemble des prix, dans le XVème, ont chuté, de 5 (dans les quartiers plus prisés) à 10 % (dans le sud, du côté du parc Georges-Brassens), selon les quartiers.

XVIIIème, XIXème, XXème arrondissements de Paris 2013 : des prix à la baisse

Ces arrondissements du nord-est de Paris étaient, à l’origine, privilégiés par les primo-accédants. Après avoir connu une forte hausse des prix de l’immobilier, les prix recommencent à baisser. Le XVIIIème a su redorer son blason (mauvaise réputation due au secteur de la Goutte d’or), grâce son quartier des Abbesses (10 000 euros le m²) et ses beaux appartement près de la mairie. Cependant, les acheteurs, n’oublient pas ses origines modestes, et ne mettent pas plus de 7500 à 9000 euros le m².

 

Le XIXème arrondissement est le moins cher de Paris. Bien que ses prix aient augmenté en 2011, ils baissent aujourd’hui, de 5 à 10%. Il faut compter, pour le quartier Jourdain, de 7500 à 8000 euros le m². Du côté de la Villette, ils ne sont plus qu’à 6100 euros le m². Ils risquent, d’ailleurs, d’augmenter, avec l’arrivée du tramway et la rénovation de la Rontonde de Stalingrad.

 

Les prix de l’immobilier dans le XXème sont passés de 8000 euros le m², à seulement 6500 environ, soit une baisse de 5 à 10%. Certains biens atypiques ont beaucoup de mal à trouver preneur. De quoi faire de bonnes affaires !

L'expertise immobilière qu'il vous faut

Expertise valeur vénale

Expertise de valeur vénale 

L’expertise de valeur vénale immobilière vise à dégager la valeur marchande d’un bien immobilier, correspondant au juste prix auquel il pourrait être acheté ou vendu, dans des conditions normales de libre marché.

En savoir plus sur l'immobilier à Paris

  • Contactez un expert en bâtiment

    LAMY Expertise est un cabinet d’experts en bâtiment indépendants et immobilier agréés, spécialisé depuis 40 ans dans l’ensemble des pathologies du bâtiment et la valorisation de biens.

    Entreprises

    Professionnels

    Avis Google : 4,3

    4.4/5

    Trouver un expert en bâtiment dans votre département