Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Plus-value immobilière : comment s'y retrouver en 2014 ?

Plus-value immobilière : comment s'y retrouver en 2014 ?

Expertise immobiliere

Plus-value immobilière : comment s’y retrouver en 2014 ?

Plus-value immobilière : comment s’y retrouver en 2014 ?
plus-value immobilière

La réforme des plus-values immobilières a été validée par la loi de finances pour 2014, à l’exception de quelques dispositions – celle concernant les ventes de terrain, entre autres – qui ont été retoquées par le Conseil constitutionnel. Difficile de s’y retrouver, entre l’abattement exceptionnel d’une durée déterminée de 25 %, les changements d’abattements pour durée de détention, etc. Conseils pour mieux comprendre la réforme.

En quoi consiste la réforme 2014 sur les plus-values immobilières ?

La réforme sur les plus-values immobilières concerne les résidences secondaires, les parkings, et les logements mis en location. Ces plus-values sont taxées à l’impôt de 19 %, et aux prélèvements sociaux de 15.5%, ce qui représente 34.5% d’imposition au total.

La durée d’exonération a été modifiée de nombreuses fois par la loi, depuis 2012. Ainsi, la durée est passée de 15 ans à 30 ans, puis est descendue à 22 ans, mais uniquement pour les impôts. Les plus-values sur les terrains à bâtir demeurent taxées avec un barème d’abattement particulier. L’exonération d’impôt s’effectue au bout de 30 ans.

Plus-values immobilières 2014 : comment sont-elles taxées ?

Le montant des plus-values est calculé par le notaire. Une fois cette étape franchie, un abattement est réalisé pour délai de détention.

Deux barèmes existent :

  • un barème pour l’impôt de 19 %, exonérant intégralement au bout de 22 ans de détention, à l’exception des terrains à bâtir ;
  • un barème pour les prélèvements sociaux de 15,5 %, exonérant au bout de 30 ans de détention.
 

Si le montant des plus-values va au-delà de 50.000 euros, une surtaxe est prévue. Le taux de cette surtaxe varie de 2 à 6%, selon le montant de la plus-value. Si le bien a été vendu avant le 31 août, un abattement exceptionnel de 25% est possible. Mais attention, cet abattement ne peut pas s’appliquer si le bien a été vendu à un proche (conjoint, parents, enfants, pacsé ou concubin) ou à une société appartenant à un membre de la famille. L’abattement est calculé sur la plus-value nette imposable, c’est-à-dire après la réalisation des abattements pour durée de détention.

Taxation plus-value immobilière : quels sont les biens exonérés ?

La résidence principale n’est pas l’unique bien à bénéficier d’une exonération de taxation sur les plus-values. Il existe plusieurs cas de biens exonérés de taxation sur la plus-value immobilière :

  • En cas de vente d’un bien immobilier, dont le montant de la somme sert à réinvestir dans l’acquisition d’une résidence principale dans les deux ans suivant la vente ;
  • Les personnes âgées ou handicapés (non assujetties à l’ISF et dont les ressources ne vont pas au-delà de certains plafonds) vendant leur résidence principale après leur entrée depuis moins de deux ans en maison de retraite ou dans un foyer d’accueil ;
  • Les expatriés et non-résidents fiscaux français vendant un bien situé en France, peuvent bénéficier une seule fois d’une exonération intégrale sur les plus-values;
  • Le bien immobilier vaut moins de 15 000 euros.

L'expertise immobilière qu'il vous faut

Expertise valeur vénale

Expertise de valeur vénale 

L’expertise de valeur vénale immobilière vise à dégager la valeur marchande d’un bien immobilier, correspondant au juste prix auquel il pourrait être acheté ou vendu, dans des conditions normales de libre marché.

En savoir plus sur l'investissement immobilier

  • Contactez un expert en bâtiment

    LAMY Expertise est un cabinet d’experts en bâtiment indépendants et immobilier agréés, spécialisé depuis 40 ans dans l’ensemble des pathologies du bâtiment et la valorisation de biens.

    Entreprises

    Professionnels

    Trouver un expert en bâtiment dans votre département