01.82.83.77.10

Savoir appréhender efficacement le phénomène de fissuration des constructions

Savoir appréhender efficacement le phénomène de fissuration des constructions

Savoir appréhender le phénomène de fissuration des constructions

Savoir appréhender le phénomène de fissuration des constructions
phénomène fissuration

Bien souvent, en ce qui concerne les fissures, leur origine de formation est en lien avec un problème qui provient du sol. Ainsi, il peut aussi bien s’agir d’un tassement du terrain, que d’un mouvement différentiel.

 La construction fragilisée bouge alors partiellement, tandis que l’autre moitié conserve sa stabilité. Les tensions occasionnées conduisent fréquemment à la fissuration de l’ouvrage.  Toute personne compétente en matière de construction peut aisément déterminer l’origine de la fissuration en examinant les désordres apparus sur le bâtiment. Pour pouvoir être complète, l’étude doit également permettre de comprendre les raisons de l’instabilité du sol, notamment par rapport aux facteurs de prédisposition et déclencheurs.

Fissuration des constructions : les facteurs aggravants

Le terme “facteur aggravant” est une expression fréquemment employée dans les rapports d’experts judiciaires, d’assurance, ou encore de partie. Bien souvent, l’expression “facteur aggravant” désigne le phénomène de retrait/gonflement des argiles comme étant la source de la fissuration : sous l’influence de l’argile qui se rétracte en cas de sécheresse et gonfle en présence d’humidité, le sol se met à bouger. Ce phénomène d’argile gonflante peut notamment s’expliquer par l’arrivée d’eaux souterraines, dues par exemple à une fuite de canalisation ou à une absence de drain. La végétation située à proximité de la construction fissurée peut aussi avoir une incidence, en raison de l’action des racines sur le sol.

Les facteurs de prédisposition des fissures liés au sol

Les facteurs de prédisposition favorisent l’instabilité du sol, à l’image du phénomène de retrait/gonflement des argiles. Mais les facteurs de prédisposition sont insuffisants pour pouvoir déclencher seuls ce type de phénomène. Les facteurs de prédisposition se rapportent aux facteurs internes, à savoir ceux étant directement liés aux caractéristiques intrinsèques des sols. Les facteurs environnementaux en font notamment partie. La sensibilité du milieu aux mouvements différentiels et sa répartition spatiale sont définis par les facteurs de prédisposition, dont voici quelques exemples :

 

  • les formations géologiques qui contiennent une certaine quantité de minéraux argileux et dont le volume varie selon la teneur en eau ;
  • les sous-sols hétérogènes constitués d’une alternance de niveaux argileux sensibles et de niveaux plus grossiers, qui favorisent la circulation des eaux souterraines ;
  • la présence d’une nappe phréatique qui influe sur les pressions interstitielles et augmente les contraintes effectives du sol (tassement de surface) ;
  • les plates-formes en déblais-remblais ;
  • les sols modifiés par des engins mécaniques puissants, dans le cadre d’une opération de dessouchage d’arbres ;
  • etc.

Les facteurs de prédisposition des fissures relatifs à la construction

Les malfaçons de la construction affectent couramment les bâtiments. Mais en présence de malfaçons ou de non-conformités techniques sur une construction, la structure d’ensemble de l’ouvrage se fragilise, ce qui constitue des facteurs de prédisposition aux mouvements différentiels du sol. Il peut notamment s’agir :

 

  • d’une erreur d’assemblage des éléments en béton armé de renfort des maçonneries ;
  • d’un défaut d’implantation des fondations, qui se trouvent alors être décentrées ;
  • d’une anomalie de compactage de la forme sous-dallage ;
  • d’un problème provenant de la géométrie de la construction, entraînant des différences de charges et de niveaux d’assises (cas d’une maison comportant un sous-sol ou un étage partiel) ;
  • etc.

Les facteurs déclencheurs des fissures

Les facteurs déclencheurs ont pour effet d’engendrer la survenue de mouvements de terrain et peuvent également être à l’origine du retrait/gonflement des argiles. Cependant, les facteurs déclencheurs n’ont pas d’effet notoire sans l’existence préalable de facteurs de prédisposition. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’en avoir connaissance, afin de pouvoir définir le risque d’apparition du phénomène, autrement dit l’aléa. Parmi les principaux exemples de facteurs déclencheurs, anthropiques ou climatiques, on peut citer :


  • les conditions climatiques exceptionnelles, comme la sécheresse de 2003 ;
  • la construction d’un bâtiment faisant obstacle à la circulation de l’eau à une faible profondeur ;
  • les aménagements extérieurs tels que les terrasses, les voiries, les trottoirs, ainsi que les systèmes de drainage, qui nuisent au bon écoulement des eaux de pluie ;
  • le talutage des terres rapprochant les eaux de ruissellement de la construction ;
  • les fuites accidentelles des regards d’eaux pluviales ou des canalisations enterrées ;
  • la succion des racines et des radicelles de la végétation se trouvant dans la ZIG (Zone d’Influence Géotechnique) de la maison ;
  • l’eau pompée dans une nappe située à proximité d’une habitation, ayant pour effet de perturber l’équilibre statique local du terrain de construction ;
  • etc.

Évaluer les risques encourus avec l'aide d'un expert

Certains facteurs ont beau être évidents, il reste malgré tout difficile de connaître avec certitude tous les facteurs ayant déclenché ou aggravé les mouvements de sol et engendré le phénomène de fissuration. Par exemple, si les désordres cessent après la suppression de la végétation aux abords de la construction, il s’agissait alors bien de facteurs déclencheurs. Dans la plupart des cas, le phénomène de fissuration provient d’une modification de la teneur en eau du sol, ayant entraîné des mouvements de terrain. Quant aux principaux facteurs de prédisposition, il est bien souvent question d’insuffisance de portance et d’ancrage de la construction, de problèmes de terrains en pente, ainsi que de dessouchage. Le bâtiment peut aussi souffrir d’une anomalie structurelle ou sous-dallage. L’environnement peut aussi jouer un rôle dans la survenue de fissures sur un édifice, comme en présence de remblai, d’un phénomène de succion des racines des arbres, d’une mauvaise gestion et/ou évacuation des eaux de pluie, d’une fuite des regards d’eau, ou encore d’un dysfonctionnement du système de drainage. Pour pouvoir identifier les facteurs de prédisposition et les facteurs déclencheurs, l’aide d’un professionnel, tel qu’un expert bâtiment indépendant, est nécessaire.

L'expertise bâtiment qu'il vous faut

Fissures

Expertise fissures

L’expertise fissures permet de comprendre l’origine des fissures et leur évolution. L’analyse peut servir à identifier le plus tôt possible les véritables menaces, pour l’intégrité des bâtiments et/ou la sécurité des occupants.

Savoir comprendre les fissures

maison différents types désordres mur

Maison : les différents types de désordres sur un mur

Les désordres qui peuvent affecter un mur sont d’ordres multiples, tout comme leurs origines. Les fissures constituent souvent le principal type de désordres, qui porte atteinte à l’intégrité ou à la stabilité des murs des bâtiments. Panorama des quelques désordres, dont les murs peuvent être affectés.

Lire la suite »
  • Contactez un expert en bâtiment

    LAMY Expertise est un cabinet d’experts en bâtiment indépendants et immobilier agréés, spécialisé depuis 40 ans dans l’ensemble des pathologies du bâtiment et la valorisation de biens.

    Entreprises

    Professionnels

    Avis Google : 4,3

    4.4/5

    Trouver un expert en bâtiment dans votre département